John Nelson généalogiste génétique France

De Nordine Mohamedi à John Nelson…

Si vous voulez découvrir mon histoire en vidéo, je vous invite à regarder le reportage que TF1 20 heures Le Mag m’a consacré le 4 avril 2019.

Né de père inconnu en 1966 à Châteauroux

Né de père américain en janvier 1966 à Châteauroux, j’ai passé vingt-huit ans à le chercher. En fait, je ne connaissais que son nom : John Wayne Nelson. C’est ce nom que j’ai décidé de porter en 2016 après une découverte qui a changé la vie de celui que j’étais jusque-là, Nordine Mohamedi, né d’Aïcha Mohamedi et de père inconnu. Incontestablement, cette révélation est allée au-delà de mes espoirs les plus fous. A l’évidence, elle m’a permis de retrouver mon père, mais aussi de découvrir une grande famille au Texas.

Ma rencontre avec la sœur de mon père en 2017… au Texas

Là-bas, à plus de huit mille kilomètres de l’endroit où je suis né, des cousins, une tante (la sœur de mon père) m’ont ouvert les bras et accepté. Aujourd’hui, je suis en contact avec près de trois cents personnes qui partagent les mêmes gènes que moi. Ce sont des Nelson, des McKinney, des Brady, des McGinty ! 

Cette famille est chaleureuse et m’a communiqué tout son amour. Et dire que j »avais simplement cherché une personne, mon père… Incontestablement, je ne m’attendais pas à ce qu’un échantillon de salive déposé dans un petit tube me permette d’entrer en contact avec toutes ces personnes ! Des gens si proches de moi et dont j’ignorais l’existence jusqu’à l’âge de cinquante ans. Eux non plus ne me connaissaient pas et aujourd’hui, ils le disent clairement, je fais partie de la famille.

Mon père était en France entre 1964 et 1965

En fait, j’ai cherché mon père tout en sachant qu’il était très certainement décédé… C’est ce que ma découverte a confirmé. Malheureusement, le sergent Nelson, basé à Châteauroux entre juin 1964 et juillet 1965, s’est effectivement tué dans un accident de la circulation en Caroline du Nord, le 3 septembre 1967. Il était revenu gravement blessé du Vietnam mais s’était finalement remis de ses nombreuses blessures. Au volant de sa légendaire Ford Mustang « modèle 1966 », son heure est quand même venue alors qu’il n’avait que vingt-et-un ans.

La précieuse aide de Tina, détective ADN

En réalité, j’ai pu glaner de nombreuses informations sur mon père grâce à Tina, une DNA detective comme ont dit au Etats-Unis. Cette Américaine a été une personne extrêmement précieuse par son expertise et sa capacité d’interprétation des résultats de mon test. J’ai ainsi pu voir le visage de mon père en photo. Je me suis rendu sur sa tombe à trois reprises. J’ai aussi pu entendre mes propres cousins germains (les enfants du frère de mon père) me parler de lui, me dire à quel point il était un « type bien », affectueux, droit.

Evidemment, ces moments m’ont ému, bouleversé et rendu fier de lui. Cette découverte m’a permis de mieux comprendre qui j’étais et donné un  nouveau sens à ma vie. Grâce à Tina, j’ai appris un métier dont je n’imaginais pas qu’il deviendrait le mien un jour : celui de généalogiste génétique. Mon professeur compte plus de dix ans d’expérience dans ce domaine. Elle a résolu et continue à résoudre de nombreux cas.

Les spécificités de la généalogie génétique

Les résultats d’un test ADN ne sont pas simples à interpréter, loin de là. Les recherches généalogiques qui en découlent demandent une certaine expérience. Pendant plus de deux ans, je me suis pris au jeu et je me suis formé. Ainsi, J’ai construit mon propre arbre généalogique, riche de plus de 3000 personnes. Il comporte des ancêtres du sud des Etats-Unis et des membres toujours en vie de ma si belle et grande famille.

Depuis 2016, j’ai aussi donné des conseils à des personnes se trouvant dans ma situation. Je les ai encouragées à suivre la même démarche. Finalement, lorsque je me suis rendu compte que j’étais aussi capable de trouver pour les autres, alors, une vocation est née chez moi. Oui, j’ai décidé d’en faire mon métier.

Retrouvez d’autres témoignages de personnes ayant découvert leurs origines grâce à un test ADN en cliquant ici.