A cinquante-cinq ans, Danielle* D. va faire un test ADN. Cette native de Châteauroux, enfant née sous X, ne sait rien de ses parents biologiques. Ou si peu. Elle espère aujourd’hui en savoir plus sur sa mère française et son père américain.

Drapeau des Etats-Unis, pays d'origine du père de Danielle, née sous X.
Un test ADN permettrait à Danielle, née sous X, de confirmer que son père est bien américain.

Née sous X à Châteauroux

De tous les cas de recherches ADN que j’ai eu à traiter, celui de Danielle, née sous X et de père américain, est certainement le plus intéressant. Cette dame m’a raconté son histoire, son enfance avec des parents adoptifs qui ne lui ont jamais caché la vérité. Mais que savaient-ils réellement ? Peu de choses en réalité puisque la mère de Danielle avait décidé d’accoucher sous X. Alors Danielle a dû prendre son mal en patience, attendre ses dix-huit ans pour avoir accès à son dossier.

« Je sais qui est votre mère »

Elle a pris rendez-vous puis s’est assise face à une employée de la DDASS à l’automne 1982. Cette femme lui a dit : « Je sais qui est votre mère ». Alors Danielle lui a demandé si elle pouvait lui donner son nom. Et l’employée a répondu non. Elle avait le dossier complet sous ses yeux. Peut-être aurait-il fallu le lui arracher des mains ? Danielle n’a pas osé. Elle a tout de même insisté, mais son interlocutrice n’a rien lâché d’autre que : « Votre mère a quitté la France peu de temps avant votre naissance ». Nous avons perdu sa trace après son mariage avec un Américain en Allemagne en 1967.

Un père américain

« Cet Américain était-il mon père ? » a questionné Danielle. Réponse catégorique de l’employée de la DDASS : « Non, ce n’est pas lui. Votre père est un autre Américain passé par la base de la Martinerie près de Châteauroux ». Et la fonctionnaire de préciser qu’elle ne pouvait donner son nom à la jeune femme. A partir de là, pendant trente-sept ans, Danielle a cherché et a même fini par connaître le nom de sa mère. Sans jamais la trouver.

Ce que Danielle peut apprendre grâce à un test ADN

A l’été 2019, Danielle m’a raconté toute son histoire et m’a demandé conseil à propos des tests ADN. Bien entendu, je l’ai encouragée à faire un test. Mais pas sur n’importe quel site ! L’un d’eux est de loin celui qui compte le plus de Nord-Américains testés. Il faut aller le faire en Grande-Bretagne ou en Belgique par exemple, parce qu’il n’est pas commercialisé en France. Dans le cas de Danielle, il pourrait apporter les réponses à ces questions qu’elle se pose. Si son père est Américain, alors il a peut-être lui-même fait un test ADN. Et s’il n’en a pas fait, des proches, des enfants, neveux ou nièces ont peut-être confié un échantillon de salive à un laboratoire. Si tel est le cas, ils mettraient alors Danielle sur la voie de la personne qu’elle cherche depuis près de quarante ans.

Retrouver son père et sa mère aux Etats-Unis

Quant à sa mère, si elle a épousé un Américain et a eu d’autres enfants aux Etats-Unis, ceux-ci (à condition d’avoir fait un test ADN) seraient des demi-frères ou demi-sœurs. Ainsi, Danielle serait en situation de retrouver son père et sa mère et ces deux familles qui lui ont tant manqué.

A suivre…

*Le prénom a été changé.

A lire également : Patrice a retrouvé son père américain grâce à un test ADN


2 commentaires

Son plus beau Noël grâce à un test ADN - John Nelson, généalogiste génétique · 26 août 2019 à 10 h 50 min

[…] Sur le même sujet :Patrice a retrouvé son père américain grâce à un test ADNNée sous X et de père américain inconnu […]

Pourquoi il faut autoriser les tests ADN en France - John Nelson, généalogiste génétique · 9 septembre 2019 à 17 h 57 min

[…] puis, que penser de Danielle, née sous X et de père inconnu, prête pour le test ADN elle-aussi ? A dix-huit ans, elle s’est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *