En excluant d’autoriser les tests ADN généalogiques réalisés à domicile, la France reste un pays qui gêne voire entrave l’accès aux origines. Ainsi, des enfants nés sous X, des fils ou filles de père inconnu, se voient empêchés de poursuivre leur difficile travail de construction.

Pas de tests ADN, pas d’accès aux origines !

La loi bioéthique aurait pu leur être favorable. En fait, il n’en sera rien. En France, les parlementaires ont oublié de s’intéresser à l’intérêt des enfants et aux tests ADN avec ! Ont-ils oublié tous les enfants ? Non bien entendu. Encore une fois, et ils sont nombreux, ceux qui ne savent rien de leurs origines, devront patienter avant que le législateur ne s’intéresse à eux.

Carte de France barrée d'un drapeau tricolore et symbole de tests ADN rayé d'une croix.
En France, les parlementaires n’envisagent pas d’autoriser les tests ADN.

Les enfants ne sont pas des électeurs

Dans le film l’Argent de Poche, François Truffaut fait dire au comédien Jean-François Stévenin dans son rôle d’instituteur :

« … Il n’existe aucun parti politique qui s’occupe réellement des enfants […] et il y a une raison à cela, c’est que les enfants ne sont pas des électeurs ».  Et l’instituteur d’ajouter : « Un enfant […] malheureux se sent toujours coupable. Parmi toutes les injustices, celles qui frappent les enfants sont les plus injustes, les plus ignobles, les plus odieuses.».

Jean-François Stévenin in L’Argent de Poche de François Truffaut, 1976

Trente-cinq ans sans test ADN et donc sans connaître son père !

Alors, un enfant qui ne connaît pas l’un de ses propres parents ou même les deux, est-il un enfant heureux ? Et s’il l’est autant que l’on puisse l’être en pareil cas, sera-t-il un adulte heureux ? A ces questions, Chantal, née de père inconnu, répondrait : « Quand j’étais petite fille, lorsqu’une grosse voiture passait près de chez moi, je croyais que mon père venait me chercher ». Était-elle vraiment heureuse ? Et si oui, pourquoi a-t-elle passé trente-cinq ans à tenter de retrouver son père. Pourquoi a-t-elle fait un test ADN ?

Saint-Exupéry avait tout compris !

Et puis, que penser de Danielle, née sous X et de père inconnu, prête pour le test ADN elle-aussi ? A dix-huit ans, elle s’est trouvée face à une employée de la DDASS (aujourd’hui ASE, aide sociale à l’enfance) qui lui a dit froidement : « J’ai le nom de votre mère sous les yeux mais je ne vous le donnerai pas ! ». La double peine ! Quand l’enfant malheureux laisse la place à l’adulte incompris, désorienté. Cela dit, que cela n’empêche pas les parlementaires de dormir et de penser à leurs électeurs. Les enfants n’en sont pas, juste bons à être pris dans les bras des candidats… pour la photo et pour faire plaisir aux parents. A vrai dire, comme Truffaut, Saint-Exupéry avait tout compris, les adultes « confondent tout et mélangent tout ». Il serait même tentant d’ajouter que finalement, ils ne comprennent rien.

Un test ADN m’a apporté la réponse que j’attendais depuis toujours

Une fois n’est pas coutume, j’évoquerais mon propre cas. En fait, je suis né de père américain (officiellement) inconnu. Finalement, un test ADN m’a apporté la confirmation que j’attendais depuis toujours. Et une équipe de télévision m’a contacté. J’ai passé dix jours avec des gens humains, professionnels. Des journalistes de France 5 m’ont suivi sur les lieux importants de mon enfance et sur la terre de mon père au Texas. Un jour à Colombes où j’ai grandi, au pied de la tour ou j’ai vécu pendant quatorze ans, on m’a posé des questions sur mon enfance. J’ai toujours pensé qu’elle avait été heureuse car après tout, j’avais connu ma mère et ma grand-mère. Et puis, une question précise m’a déstabilisé : « Si vous pouviez revenir en arrière, que feriez-vous, choisiriez-vous la même enfance ou une autre avec votre père ? ». Alors, après une longue hésitation, j’ai répondu : « Je choisirais mon père ! ».

A lire également :

Vous n’avez pas le droit de porter le nom de votre père !
Test ADN : le grand absent de la loi bioéthique
T


2 commentaires

Elizabeth Harwood · 30 septembre 2019 à 12 h 29 min

I am so very proud of you, John. The path that you have followed has not been an easy one. Look to where your journey is taking you. You have followed your dream and stayed true to your heart, even when it seemed impossible. I am for ever thankful you did not give up and are now helping others connect to their families. God Bless you, cousin. Hope to see you soon, love always, Elizabeth Nelson-Harwood

Vous n’avez pas le droit de porter le nom de votre père ! - John Nelson, généalogiste ADN · 16 septembre 2019 à 10 h 52 min

[…] lire également : Pourquoi il faut autoriser les tests ADN en FranceTest ADN : le grand absent de la loi bioéthiquePatrice, cinquante-huit ans, a retrouvé son père […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *